Check list pour l’algorithme panda

dangling page
Qu’est-ce qu’une « dangling page »
13 janvier 2015

Check list pour l’algorithme panda

prweb panda

En cette fin d’année, l’heure est aux bilans et un des faits marquants de 2014 aura été le déploiement de panda 4.

Le moins que l’on puisse dire c’est que certains sites n’auront pas été épargnés, à l’image de PRWeb.com qui a été durement impacté par la mise à jour de panda 4.0 le 19 mai 2014.

Il convient donc de dresser la check list de ce qu’il faut et ne faut pas faire quand il est question de l’algorithme panda.

Les faits suivants sont basés avant tout sur l’expérimentation et sur des recommandations émises par Google (guidelines, Matt CUTTS, John Mueller, etc), ces conseils sont donnés sans ordre d’impact ou de priorité concernant votre stratégie éditoriale

 

Ce qu’il faut faire pour ne pas être pénalisé par Panda ou pour sortir d’une pénalité :

 

  • La satisfaction utilisateur : une question primordiale doit se poser « Est-ce que mon contenu apporte quelque-chose à l’internaute? » Nous remarquerons que Google a toujours nié suivre avec attention le taux de rebond sur un site … Libre à chacun de se faire son opinion.
  • Les signaux sociaux : G+1, like, share, tweet, retweet, etc. Un grand classique du web social et de la promotion des contenus via les réseaux sociaux.
  • Avoir des avis positifs émanant d’une source « trustée ».
  • Des liens sortants vers des sites faisant autorité dans leur domaine, en un mot citer ses sources.
  • Éviter les TLD exotiques et favoriser les .com ainsi que les .org , .net , etc…
  • Être joignable : avoir une page de mentions légales détaillant votre activité et/ou votre société et une page contact avec une adresse et un numéro de téléphone. Gérer la relation client (si vous faites de la vente en ligne), ce qui implique de disposer d’un téléphone, formulaire de contact, etc…
  • Avoir bonne réputation dans les médias, wikipédia, la blogosphère, les forums, les classements effectués par des organismes indépendants ou des associations de consommateurs.
  • Être reconnu par la communauté: il ne s’agit pas seulement d’avoir sur votre site un contenu irréprochable, il faut en plus que des experts note positivement votre travail.
  • Afficher la date de mise à jour ou de publication de vos contenus, lesquels seront bien entendu sous copyright.
  • Faire une différence nette entre le contenu principal d’une page et les publicités.
  • Avoir des contenus de longueurs variables. Que pensera Google s’il constate que tous vos articles ont 300 mots à plus ou moins 10 % près ?  Tout simplement  que ces contenus sont des contenus « spécial SEO » rédigés en off-shore. En effet, un blogueur ou un journaliste qui écrit sur un site ne peut pas produire une majorité de ses contenus à 300 mots pile.
  • Avoir un vieux nom de domaine (NDD) et réserver son nom de domaine pour un long moment, la date d’expiration ne doit pas être proche.

 

Ce qu’il ne faut pas faire sous peine d’être pénalisé par Panda :

 

  • Être Hors sujet, ne rien apporter à l’internaute en terme d’information ou de satisfaction.
  • Proposer à l’internaute une information totalement périmée.
  • Avoir des titres d’articles qui ne correspondent pas à leur contenu.
  • Dupliquer le contenu d’autres sites, le pire étant de dupliquer des sites à forte notoriété.
  • Dupliquer son propre contenu par le biais des tags, catégories ou autres facettes (très fréquents sur les sites e-commerce, notamment Magento). Choisissez bien vos Tags de façon à ce qu’ils reflètent une politique éditoriale et non pas une automatisation du procédé. Prenez garde à la façon dont votre contenu est réparti au sein de vos différentes catégories sinon vous risquez de générer rapidement  de la duplication d’url DUST (Duplicate URL Same TEXT).
  • Avoir un taux élevé de duplication dans ses balises Title et Description (un coup d’œil à votre google webmaster tool GWT permet de rapidement vous faire une idée de sa situation).
  • Avoir un site très lent : la performance ne vous permet pas de gagner la bataille du référencement pourtant elle assurera votre défaite si vous êtes trop lent (plus de 20 secondes par exemple). Si un internaute n’accède pas rapidement à l’information, il ferme la page vous gratifiant d’un taux de rebond de 100 %. Comme annoncé plus haut, officiellement Google ne tient pas compte du taux de rebond,  mais avouez qu’il y a de quoi avoir un doute …
  • Pratiquer le « keyword stuffing » que ce soit dans le corps de l’article ou encore dans les title, url, Hn, alt…
  • Avoir essentiellement un contenu spinné surtout si le spin est mal fait …
  • Multiplier les fautes d’orthographes, de grammaire, de syntaxe à tel point que le  texte devient incompréhensible.
  • Avoir un maillage interne excessif ou trop de liens sortants vis-à-vis du volume de contenu proposé. Les liens sortants sont d’autant plus problématiques qu’ils ne sont pas des sources d’articles ou des prolongements naturels de lecture.
  • Avoir un maillage interne cassé, erreurs PHP ou SQL.
  • Avoir un grand nombre de redirections sur votre site (il suffit de crawler pour s’en rendre compte). A relativiser en fonction de la volumétrie du site.
  • Avoir un grand nombre d’erreurs 404 ou pire d’erreurs 500! A relativiser en fonction de la volumétrie du site. Si le Google Bot tombe sur une erreur 404,  il considère que le contenu a été détruit donc que le site est moins pertinent pour l’internaute, il réduit alors les crédits de crawl. Si le Google bot crawl une page en erreur 500 alors il considèrera par défaut qu’il a lui même fait tombé votre serveur et réduira son volume, sa vitesse et sa fréquence de crawl.
  • Cloner des sites : problématique du « duplicate conteneur ».
  • Créer un site exclusivement dédié à la publicité (Made for Adsense). D’une manière générale, tout site dont les publicités représentent un espace plus important que le contenu informatif.
  • Avoir des commentaires illisibles, générés automatiquement, dupliqués, hors sujet, bourrés de publicités et de liens sortants.
  • Recruter son trafic par le biais de pages satellites.
  • Ne pas séparer le contenu et la publicité de façon claire et explicite.
  • Proposer du contenu en side bar aux internautes sans aucun lien avec le contenu de la page.
  • Empêcher Google bot de crawler les CSS et les JS qui sont directement en liens avec l’affichage du site (design) et qui permettent au Google bot de  comprendre comment fonctionne le site.
  • Les redirections à l’insu de l’internaute (sneaky redirect).
  • Avoir mauvaise presse, mauvaise réputation sur le web.
  • Avoir un EMD (Exact Match Domain) comme nom de domaine, par exemple : acheter-des-pommes-pas-cher-lyon.com ; on remarquera que plus le nom de l’EMD est long, plus il y a de keywords et plus le risque d’être pénalisé augmente.
  • Avoir déjà écopé d’une pénalité par un autre algorithme. Il semblerait en effet que lorsque Penguin pénalise un site, le site soit soumis à une vérification quasi systématique par l’ensemble des algorithmes de Google.

 

Si vous pensez que votre site a été pénalisé par l’algorithme panda, vous pouvez nous contacter pour de plus amples informations

Fabrice PEZOUS
Fabrice PEZOUS
Dans la vie, j'ai un métier et une passion : le SEO ou référencement de sites Internet que j'exerce en tant que Consultant Freelance SEO. J'ai travaillé pour des TPE, des PME, des Pure Players dans des domaines variés comme l'assurance, les loisirs (voyage,sport), la restauration, etc Si vous avez un site Internet avec des soucis de SEO, contactez moi, je peux vous aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *